25° Edito : Conférence des femmes de la Francophonie : Les femmes s’imposent la francophonie s’engage

Regards de femmes a participé à la Conférence des femmes de la Francophonie les 1er et 2 novembre, suivie de l’Assemblée Générale du Réseau Francophone pour l’égalité femme-homme (RF-EFH) les 3 et 4 novembre à Bucarest.

Michèle Vianès, Présidente, faisait partie de la délégation prise en charge par l’Organisation Internationale de la francophonie (OIF). Elle a participé le mardi 31 aux dernières réunions préparatoires, en particulier celle avec les responsables Bulgares pour définir la méthodologie et les critères retenus pour l’Appel de Bucarest. Elle a  contribué le 2 novembre à la rédaction de la partie commune et, en tant que rapporteure de l’atelier sur le leadership des femmes dans la gouvernance économique, aux recommandations de l’axe 3.

Voici le lien de l’appel

Parmi les phrases importantes entendues :
Michaêlle Jean « Quand les femmes se rassemblent et décident d’agir ensemble, plus rien n’est impossible » et « Ne jamais rien lâcher face aux idéologies obscurantistes »
Grande Duchesse du Luxembourg « La stigmatisation des femmes et filles violées pendant les conflits tue aussi »
Yannick Glemarec « Faire avancer les différents Objectifs du Développement Durable en même temps »
Marlène Schiappa a dénoncé l’autocensure et le complexe de Cendrillon
Catherine Samba-Panza, présidente de la RCA pendant la période de transition, a insisté sur l’interdépendance de l’économie et de la politique,
Leila Saadé « Les femmes ont la discrimination en partage »
Ndioro Ndiaye, coordinatrice du RF-EFH « Pour passer à l’échelle dans la lutte contre les inégalités femme-homme, il faut s’attaquer à la structure reproductrice des schémas d’inféodation et d’assujettissement des femmes. »

Pendant la conférence, elle a  rencontré, de manière bilatérale, sur les questions d’état civil, Lydienne Epoubé, Présidente du réseau des femmes parlementaires de l’Assemblée parlementaire de la francophonie,  Yannick Glemarec, Directeur exécutif adjoint d’ONU Femmes, et  Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de l’OIF.

Les échanges ont porté sur la 62 ème CCF/CSW à l’ONU en mars 2018. D’abord sur l’inscription dans les conclusions agréées de la facilitation pour les femmes, quel que soit leur statut marital, de déclarer la naissance de leurs enfants. Puis sur la présentation du « prétotype » de la plateforme numérique  de Regards de Femmes « Un état civil pour chaque enfant » lors d’un évènement pendant la CSW.

Michèle Vianès a également été invitée par Madame Michèle Ramis, Ambassadrice de France à Bucarest et  le groupe des Ambassadeurs, Délégations et Instituions francophone en Roumanie au déjeuner organisé à la résidence de France.

Ensuite lors de l’AG du RF-EFH, les associations membres  ont échangé sur la priorisation des objectifs et des actions du réseau pour la période 2017-2019.

Toutes les associations présentes partagent l’importance et la nécessité de la déclaration des naissances de chaque enfant. C’est la question prioritaire et indispensable pour l’accès des femmes et des filles aux programmes de développement.

Comme chaque fois les rencontres internationales et les échanges  permettent des actions communes pour faire avancer les droits des femmes et des filles partout dans le monde et exiger la redevabilité des Etats et gouvernements par rapport à l’arsenal législatif de leur pays et les conventions contraignantes, régionales et internationales qu’ils ont signées